Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Interview de Benoît Dubuis, président du Challenge «Watch Medtech Innovation»
 
Le 20-07-2018

A la tête de la Fondation Inartis, qui gère le cluster des sciences de la vie Health Valley, Benoît Dubuis explique pourquoi il a créé en mars dernier, en association avec les organisateurs du salon EPHJ-EPMT-SMT, le challenge « Watch Medtech Innovation ».

Pourquoi avoir créé le challenge Watch Medtech Innovation ?

La Fondation Inartis a toujours été très active aux côtés des organisateurs du salon EPHJ-EPMT-SMT et l’an dernier, après avoir organisé une présentation du marché des medtech & biotech avec le cabinet Ernst & Young, nous avons voulu aider de façon concrète les PME du secteur de l’horlogerie à se développer sur ce marché très porteur.

Avec son réseau de plus de 2000 experts, la Fondation Inartis est à même d’assister les PME dans tous les domaines de la santé, qui a des règles et des spécifications très précises qui peuvent constituer des barrières importantes pour ceux qui ne les connaissent pas. Par exemple, nous pouvons répondre rapidement à des demandes telles que celle d’une société genevoise de métrologie qui souhaite connaître les certifications nécessaires pour un nouveau produit qu’elle veut développer dans le secteur des medtech.

Quels sont les points communs des secteurs de l’horlogerie et des MedTech ?

Il existe de nombreuses complémentarités entre les domaines de l’horlogerie et des medtech avec notamment trois caractéristiques principales qui sont communes : le savoir-faire lié au très petit, au très complexe et au fiable.

L’horlogerie peut apporter beaucoup au secteur des medtech dans le domaine de la miniaturisation des systèmes car elle possède des compétences poussées pour fabriquer des systèmes fiables toujours plus miniaturisés, mieux intégrés et moins gourmands en énergie. Un exemple d’idée transversale est celui d’utiliser la technologie permettant de capturer l’énergie naturelle produite par le corps humain que les horlogers savent mettre au service de leurs montres et de l’appliquer aux medtech dans le cadre notamment d’implants.

Dans le sens inverse, des techniques de soudage développées pour les medtech peuvent profiter à l’horlogerie. Ainsi, l’horloger Richemont a développé une montre sertie de diamants montés sur des stents. Il y a aussi ce que l’on appelle « l’innovation silencieuse », qui permet d’améliorer les éléments cachés des produits (systèmes d’ingénierie de précision d’entretien …) et qui peut servir aux deux secteurs industriels.

Quels sont les objectifs de ce premier challenge ?

Benoît Dubuis : L’objectif est d’offrir à des entreprises qui ne sont pas ou peu actives dans le domaine des medtech la possibilité d’explorer ce nouveau marché en leur faisant profiter du réseau lié à la Fondation Inartis. A ce titre, les entreprises du décolletage peuvent également pleinement profiter de cette initiative car elles disposent de savoir-faire microtechniques uniques qui attendent une telle initiative pour se profiler dans le domaine du medtech. Concrètement, ce sont cinq projets qui ont été sélectionnés (voir liste) et qui pourront profiter des infrastructures du laboratoire d’intégration des systèmes et incubateur de projets de la Fondation Inartis jusqu’à la fin de l’année. Un grand prix du projet le plus innovant sera décerné par les exposants du salon EPHJ. Et début 2019, le meilleur projet sera annoncé par le jury du challenge avant de lancer la prochaine édition.

Propos recueillis par Isabelle Verdier
www.ledecolletage.com

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved