Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



#BEPOG - Un métier technique pour l’avenir
 
Le 25-08-2017
de #bepog Faji SA

Fille d’agriculteur, Loraine Gfeller a toujours eu l’envie de bricoler et de faire quelque chose de ses dix doigts.

Lorsqu’elle est enfant, elle ne compte plus le nombre de fois où elle aide son père à réparer ou améliorer quelque chose à la ferme. Bonne élève, elle passe sa scolarité sans histoire. Elle est en section « maturité » en 11ème année et la mécanique l’attire. Nous l’avons retrouvée quelques années plus tard.

Dans sa classe de «matu», seuls deux ou trois élèves n’ont pas choisi les études et se sont dirigés vers l’apprentissage. Elle nous dit : «Je suis assez petite et n’ai pas beaucoup de force, mais je voulais absolument trouver un métier où je peux créer des choses, un métier technique. De plus, l’école n’avait pas un très grand attrait pour moi». Tant ses parents que ses professeurs l’encouragent à trouver sa propre voie et pour elle, ceci passe par les stages.

Les points les plus importants pour choisir son métier
Nous avons demandé à Loraine ce qui, selon elle, est le plus important dans le choix de son métier. Elle explique : «Il est indispensable de faire des stages et de rencontrer des gens du métier pour discuter avec eux. Ensuite, c’est bien de savoir dans quoi on s’engage, quelle est la durée de la formation et les possibilités d’évolution. Comme dans mon cas, je conseille vraiment de choisir un métier qui nous motive et ne pas choisir quelque chose par défaut». Par rapport aux compétences nécessaires pour faire horlogère, elle cite principalement la minutie, la patience, la logique, l’organisation et la propreté.

La technique ? Aussi pour les filles !

Dans les métiers techniques, l’horlogerie a probablement encore une meilleure image que la mécanique, mais la gente féminine y est toujours largement sous représentée déjà lors des formations initiales et bien plus encore pour les formations supérieures. Lorsqu’elle a suivi sa formation de technicienne, Loraine y était en compagnie de deux autres femmes et de septante-sept hommes ! Dans son poste actuel, il y a trois filles dans une équipe de quatre ! Elle dit : «Il y a beaucoup de clichés, mais en réalité et dans les faits, il n’y a pas de différence due au sexe, certains sont plus ou moins soigneux ou organisés, mais c’est valable pour les filles et les garçons».

Avec l’évolution du monde vers plus de technicité et d’automatisation, les métiers techniques sont définitivement précieux et notre système de formation permet une adaptation progressive des compétences de chacun aux modifications imposées par l’environnement concurrentiel.

Lorsque l’on voit avec quelle aisance Loraine évolue dans ce système complexe, nous ne pouvons que la féliciter et encourager les jeunes à suivre son exemple.

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved