Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Les temps changent pour le salon Baselworld
 
Le 01-06-2018
de SOPJH® - News des expositions

À compter de juillet prochain, Michel Loris-Melikoff prend la tête du rendez-vous annuel horloger de Bâle. Opération reconquête ou mission de sauvetage ?

Ce n'est certes pas la faute de l'un ou de l'autre si Baselworld, l'un des deux plus grands rendez-vous horlogers mondiaux de l'année avec le SIHH, est plus qu'en perte de vitesse. Certes, certains grands noms venus du luxe et de la mode, comme Dior ou Louis Vuitton, préfèrent désormais présenter leurs nouveautés horlogères lors des Fashion Weeks. D'autres contrôlent leur réseau de vente et n'ont plus guère besoin d'un salon pour prendre des commandes, ou bien organisent leurs propres événements, tels Breitling ou Movado. D'autres, enfin, ont préféré rejoindre le cadre plus cossu, et à une date plus propre à la prise de commandes, du SIHH genevois. Un SIHH qui a entamé son relooking pour se réinventer, et s'est même ouvert au public.

Au final, on comptait 600 exposants de moins à Baselworld cette année, comparé à 2017. Le chiffre est en soi éloquent, malgré la qualité des marques, nombreuses et réputées, encore présentes, et la masse de nouveautés horlogères de qualité dévoilées. Oui, malgré un accueil urbain déplorable et des tarifs confinant au racket dans les hôtels et restaurants, sans proposer la qualité qui devrait les accompagner à des telles altitudes comptables, Baselworld continuera à donner la météo de l'horlogerie. Surtout tant que LVMH, le Swatch Group, Rolex et Patek Philippe feront frissonner les passionnés de vraies belles montres au sein du hall 1…

Bientôt des annonces concrètes

Quoi qu'il en soit, 600 exposants en moins, deux jours de moins, des halls entiers fermés, c'est tout sauf un aléa passager, un simple trou d'air que connaît Baselworld. Les temps ont changé. C'est pourquoi Sylvie Ritter, qui était à la tête de Baselworld depuis maintenant quinze ans, quitte la direction générale du salon, ainsi que ses fonctions au sein de MCH Group, où elle était présente depuis un quart de siècle. Elle sera remplacée à compter de juillet 2018 par Michel Loris-Melikoff, un Suisse de 53 ans, de formation juridique, passé par l'événementiel et la banque privée. Il travaillait déjà pour MHC Group à Lausanne.

Dans un communiqué du MCH Group, la nouvelle tête de Baselworld dit vouloir « élargir l'équipe et développer l'événement pour faire face aux défis futurs. [...] Positionner Baselworld comme première plateforme mondiale de marketing et de communication de la branche. » Faire du salon de Bâle une sorte de Davos de l'horlogerie de luxe ? Le SIHH s'y emploie également… Michel Loris-Melikoff a également annoncé une initiative spécialement dédiée au segment de la joaillerie. De nouveaux concepts pour les secteurs des montres et des pierres précieuses devraient être présentés sous peu. Attendons de voir !

www.lepoint.fr

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved